Blind Spots : 100 films que j’aurais déjà dû voir

Inspirée par la « Blind Spot Series » qui, si vous ne connaissez pas le concept, est un challenge personnel qui circule sur les blogs de cinéma consistant à faire une liste de films que l’on aurait du voir… puis les regarder, je me suis dit que j’allais faire de même, mais avec un twist. J’ai décidé de faire une liste de 100 films, parce que je suis ambitieux comme cela.

Voici donc une liste de 100 films que j’aurais dû regarder depuis longtemps parce que ce sont des classiques ou des films cultes, mais à côté desquels je suis passé au fil des ans, et j’ai surtout mis des films que je veux voir depuis un bon moment. Le premier challenge fut clairement d’en trouver 100, ce qui est devenu particulièrement difficile après la première cinquantaine, mais j’ai persévéré.

Cette liste vient sans obligation, c’est plus mon guide de route pour les mois (années) à venir pour m’encourager à régulièrement regarder un de ces films (au moins un par mois serait le minimum). Un petit challenge individuel comme tant d’autres, les amateurs de cinéma en ont des tonnes comme celui-là. Je poste la liste ici parce que je vais probablement écrire sur certains de ces films et, on ne sait jamais, peut-être que certains titres vous donneront envie.

Poursuivre la lecture de « Blind Spots : 100 films que j’aurais déjà dû voir »

Charters & Caldicott, un duo d’amateurs de Cricket bien britannique

Pour occuper mon 31 décembre en attendant que les festivités débutent, j’ai mis dans mon lecteur le Blu-ray récemment acquis de The Lady Vanishes, un de mes Hitchcock préférés. Si vous ne connaissez pas, cela parle d’un groupe de voyageurs dans un recoin perdu de l’Europe qui sont dans un train pour retourner en Angleterre. Là, la jeune Iris (Margaret Lockwood) réalise que la sympathique Miss Froy (Dame May Whitty) qu’elle venait de rencontrer et avec laquelle elle sympathisait a disparu. Personne ne la croit et, avec l’aide du musicien nommé Gilbert (Michael Redgrave), elle se lance à la recherche de Miss Froy.

Le début du film se passe dans un hôtel où nous rencontrons Charters et Caldicott, deux anglais qui ne jurent que par le cricket et qui sont prêts à tout pour rentrer à temps pour assister un match. Cela les pousse à mentir et à tout faire pour ne pas être pris dans cette histoire de disparition pour pourrait retarder leur retour en Angleterre.

Naunton Wayne et Basil Radford jouaient donc Charters et Caldicott, duo comique et étonnement attachant qui devint rapidement populaire. C’est ce que j’ai découvert en regardant ce que les acteurs ont fait d’autre comme films. Ils se trouvent qu’ils ont repris les rôles pour trois autres films et ont joué des rôles similaires dans 8 autres longs métrages.

  1. The Lady Vanishes (1938) – Charters et Caldicott
  2. Night Train to Munich (1940) – Charters et Caldicott
  3. Crook’s Tour (1941) – Charters et Caldicott
  4. The Next of Kin (1942)
  5. Millions Like Us (1943) – Charters et Caldicott
  6. Dead of Night (1945)
  7. A Girl in a Million (1946)
  8. Quartet (1948)
  9. It’s Not Cricket (1949)
  10. Passport to Pimlico (1949)
  11. Stop Press Girl (1949)
  12. Helter Skelter (1949)

Crook’s Tour et It’s Not Cricket sont les seuls dans lesquels le duo est en tête d’affiche.

Il semble que la fin officielle de Charters et Caldicott est due au refus des scénaristes Sidney Gilliat et Frank Launder (créateurs des personnages) de leur offrir une plus grande place dans le film I See a Dark Stranger. Naunton Wayne et Basil Radford décidèrent de ne pas jouer dedans et ils se sont retrouvés contractuellement obligés de ne plus utiliser les noms.

Pour terminer, en plus des films, Naunton Wayne et Basil Radford ont également joué des variantes de Charters et Caldicott à la radio. Arthur Lowe et Ian Carmichael ont repris les rôles pour le remake de 1979 de The Lady Vanishes, tandis que Robin Bailey et Michael Aldridge ont fait de même pour la série Charters and Caldicott de 1985 composée de 6 épisodes dans lesquels le duo résolvait des affaires de meurtres quand ils ne parlaient pas de cricket, bien entendu.